Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
Une batterie sol-air israélienne a abattu un Su-24 syrien

Une batterie sol-air israélienne a abattu un Su-24 syrien

© DR - Un Su-24 « Fencer » de la Force aérienne syrienne armé de bombes lisses.

© DR - Un Su-24 « Fencer » de la Force aérienne syrienne armé de bombes lisses.

Hier mardi 24 juillet, une batterie sol-air Patriot (« Yahalom », nom local) des forces terrestres israéliennes a abattu un avion d'attaque au sol Su-24 « Fencer » de la Force aérienne syrienne alors qu'il venait de pénétrer l'espace aérien israélien. D'après le communiqué de presse publié par Tsahal après l'accrochage, l'appareil a pénétré « en territoire israélien sur 2 km » et a été abattu par « deux missiles Patriot ».

Ce même communiqué ajoute que l'appareil a évolué dans la région autour de la ville israélienne de Safed, située dans le nord du pays et à une quarantaine de kilomètres de la frontière syrienne. Toutefois, après avoir été touché par les deux missiles sol-air, « l'avion de combat est tombé en Syrie », dans la partie syrienne du plateau du Golan (dont une partie est annexée depuis 1981 par Jérusalem). Par ailleurs, il est aussi précisé dans ce même communiqué « qu'il n'y a aucun détail concernant ce qui est arrivé au pilote syrien ».

De son côté, via les agences de presse officielles, Damas a confirmé que son appareil a été abattu et a affirmé qu'il n'avait pas pénétré l'espace aérien israélien alors qu'il effectuait une mission dans le sud de la Syrie. L'agence de presse SANA a notamment expliqué que le Su-24 opérait « dans la zone de Saïda, au bord de la vallée de Yarmouk, dans l'espace aérien syrien ». D'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, un pilote est mort tandis que l'état de santé du second est inconnu.

L'appareil « a décollé de la base aérienne T-4 en Syrie », aussi connue sous le nom de base aérienne de Tiyas et située dans le centre de la Syrie, à quelques kilomètres à l'ouest de Palmyre. Cette base aérienne a déjà été visée à plusieurs reprises par des frappes aériennes de la Force aérienne israélienne puisqu'elle abrite, entre autres, des drones et des postes de commandement des forces armées iraniennes engagées au sol en Syrie.

Dans un premier temps, le communiqué de presse de Tsahal n'avait pas permis de donner précisément le type de l'avion de combat abattu, écrivant simplement qu'il s'agissait d'un « Soukhoï Su-22/24 ». Ce n'est que plus tard qu'il a été confirmé qu'il s'agissait d'un Su-24 « Fencer » après la publication d'un communiqué de presse par la Force aérienne israélienne. 

Le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, chef de la section des médias internationaux, a déclaré que « Nous avons diffusé des avertissements et des messages de différentes manières, en différentes langues, plusieurs fois par jour pour éviter tout malentendu ou toute violation de l'espace aérien israélien. Nous avons continué à diffuser des messages, y compris par l'intermédiaire de l'ONU, de la FNUOD et nous ne tolérerons aucune violation de l'Accord de séparation des forces de 1974 ». « Nous tenons le régime syrien pour responsable de ces violations venant du côté syrien », a-t-il aussi ajouté.

Ce n'est pas la première fois que des batteries sol-air israéliennes abattent des vecteurs aériens étrangers. Récemment, le 13 juillet, un drone iranien a été abattu par ce même système de défense aérienne. Plus tôt dans l'année, le 10 février, c'est un autre drone iranien qui avait été abattu. En réponse, Israël avait lancé de puissants raids aériens en Syrie, perdant alors un F-16I « Sufa ». Enfin, en septembre 2014, c'est un Su-24 « Fencer » syrien qui avait été abattu. A ce jour, au total, ce système a abattu cinq drones et deux avions de combat.