Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
L'armée de l'Air accueille son seizième A400M

L'armée de l'Air accueille son seizième A400M

©️ Mathilde Défossez / Armée de l'air - Arrivée sous les gerbes d'eau des pompiers de l'Air pour le seizième A400M (F-RBAP ; MSN095).

©️ Mathilde Défossez / Armée de l'air - Arrivée sous les gerbes d'eau des pompiers de l'Air pour le seizième A400M (F-RBAP ; MSN095).

Ce mercredi 4 décembre 2019, en provenance de la chaîne d'assemblage de Séville, en Espagne, l'armée de l'Air française a réceptionné son seizième A400M Atlas sur la base aérienne 123 d'Orléans-Bricy, où il est venu renforcer la flotte de l'Escadron de transport (ET) 1/61 « Touraine ». Cet appareil, immatriculé F-RBAP (MSN095), fait son entrée dans les forces « suite à son acceptation par la Direction générale de l’armement », précise le communiqué de presse publié par le Ministère des Armées. Contrairement aux précédents appareils, cet A400M est le premier appareil livré par Airbus Defence & Space qui est capable de larguer 16 tonnes en une seule fois et de ravitailler en vol des avions de combat ou un autre A400M. 

Le F-RBAP est « capable de larguer 16 tonnes de matériel en une seule fois » grâce à la Livraison par air (LPA). « Cette nouvelle capacité est particulièrement attendue pour accompagner l’évolution de troupes sur un théâtre d’opération. Elle permet par exemple de larguer des gros matériels comme des engins de terrassement du génie, qui servent à remettre en état une piste d’aviation endommagée », précise le communiqué de presse.

Cette capacité devrait être largement utilisée dans la bande sahélo-saharienne, dans le cadre de l'opération Barkhane, puisqu'elle permettra de livrer rapidement et à une grande distance des vivres, des munitions, des médicaments, etc… aux militaires qui sont stationnés dans bases temporaires avancées au fin fond du désert ou engagés dans une opération. Par ailleurs, cela permettra également à la force Barkhane de limiter la mise en place des convois de ravitaillement terrestres qui engagent plusieurs centaines d'hommes et de femmes, des moyens aériens pour la surveillance et la protection et des dizaines de véhicules qui doivent rouler sur des milliers de kilomètres dans la chaleur, le sable, la poussière et parfois sous le feu de l'ennemi et avec le danger des IED (engins explosifs improvisés).

Pour rappel, 7 septembre 2019, l'Etat-Major des Armées (EMA) révélait qu'un A400M Atlas venait de réaliser, le 18 septembre, sa toute première Livraison par air (LPA) au Sahel. D'après l'EMA, cette première LPA a été conduite dans le cadre d'une expérimentation menée en coopération entre l'Equipe de marque (EM) A400M du Centre d'expertise aérienne militaire (CEAM) de Mont-de-Marsan, le 1er Régiment du train parachutiste (RTP) et la Section Technique de l’Armée de Terre (STAT). Cette première livraison par air a été effectuée au profit du Groupement Tactique Désert n°2 (GTD-2) qui opère dans la zone de Kidal, dans le nord du Mali. Cette première livraison par air du 18 septembre a été suivie par une seconde, le 20 septembre, toujours dans la même région.

A l'occasion de cette nouvelle expérimentation, le commandant François-Xavier, pilote-instructeur sur A400M expliquait que « la veille du 1er largage au profit de la force Barkhane, les équipes du 1er Régiment du train parachutiste (1er RTP) ont conditionné 10 palettes aérolargables PD11 contenant des vivres, dont 15000 litres d’eau, soit 16,3 tonnes de matériel ». « En plus de sa vitesse, sa capacité d’emport et son élongation permettent de livrer loin et beaucoup. En résumé, la LPA est un moyen sécurisé et rapide pour approvisionner nos camarades en vivres, eau, munitions, gasoil, etc… », avait-il aussi ajouté.

Par ailleurs, outre la Livraison par air, ce seizième A400M a la possibilité de ravitailler en vol des avions de combat (Rafale et Mirage 2000, pour la France), ainsi qu'un autre A400M puisque cet appareil est équipé d'une perche de ravitaillement en vol installée au-dessus du cockpit.

Malgré encore de nombreux défauts, des retards qui s'éternisent et qui coûtent de l'argent et une disponibilité assez faible (27,5% au 31 décembre 2018), cette livraison s'inscrit dans le cadre d'une série de bonnes nouvelles à la fois pour Airbus, son constructeur, et l'armée de l'Air, cliente de l'appareil. Pour rappel, le 24 septembre dernier, Airbus annonçait qu'il venait de réaliser une première série de contacts secs avec un hélicoptère H225M Caracal dans le cadre de la certification de cette capacité, au cours de laquelle un H160M Guépart avait également assisté et participé. Enfin, plus récemment, Airbus D&S a officialisé, le 7 octobre, le largage simultané par les portes latérales de 80 parachutistes (2 x 40pax).