Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
Le GRV 2/91 Bretagne devient l’Escadron de ravitaillement en vol 4/31 Sologne

Le GRV 2/91 Bretagne devient l’Escadron de ravitaillement en vol 4/31 Sologne

© G.Martel / Armée de l'Air - La dissuasion nucléaire de l'armée de l'Air en 2014, avec ici un Rafale B, un Mirage 2000N et un C-135FR.

© G.Martel / Armée de l'Air - La dissuasion nucléaire de l'armée de l'Air en 2014, avec ici un Rafale B, un Mirage 2000N et un C-135FR.

Actuellement, la base aérienne à vocation nucléaire (BAVN) 125 d'Istres-Le Tubé comprend le Groupe de ravitaillement en vol (GRV) 2/91 « Bretagne » des Forces aériennes stratégiques (FAS) avec quatorze C-135FR et KC-135RG qui assurent des missions de ravitaillement en vol pour les avions de combat dans le cadre des missions conventionnelles en opérations extérieures (Barkhane et Chammal) et sur le territoire national (entraînement), l'alerte nucléaire aux côtés des Rafale ainsi que des missions de transport de troupes et de fret.

L'arrivée et la montée en puissance des A330-243 MRTT « Phénix » au sein de l'armée de l'Air après plusieurs mois au sein des experts de l'Equipe de marque (EM) A330 MRTT du Centre d'expertise aérienne militaire (CEAM), ainsi que le retrait progressif au cours de la prochaine décennie des ravitailleurs C-135 et des Airbus A310-300 et A340-200 de l'Escadron de transport (ET) 3/60 « Estérel » font que l'armée de l'Air ré-organise ses unités. C'est donc dans ce cadre là que l'armée de l'Air, lors d'une cérémonie qui se déroule ce vendredi 4 octobre 2019 sur la base aérienne 113 de Saint-Dizier à l'occasion des 55 ans des Forces aériennes stratégiques et des 20 000 jours d'alerte nucléaire, va notamment refaire vivre l'Escadron de ravitaillement en vol « Sologne ».

En effet, l'actuel Groupe de ravitaillement en vol 2/91 « Bretagne » devient l’Escadron de ravitaillement en vol (ERV) 4/31 « Sologne » avec les escadrilles BR 465 et SPAbi 54 et dispose toujours de ses quatorze ravitailleurs sur la BA125 d'Istres. En parallèle, les traditions du « Bretagne » changent de monture et vont maintenant opérer sur A330-243 MRTT au sein de l'Escadron de ravitaillement en vol et de transport stratégique 1/31 (ERVTS) « Bretagne ». Ce nouvel escadron se compose donc des escadrilles BR 108 « Pégase », VR 25 « Étoile américaine », BR 129 « Lapin trimardeur » et SAL 22 « Louve Romaine ». Enfin, le Centre de maintenance MRTT devient l’Escadron de soutien technique aéronautique (ESTA) 15/31 « Camargue ».

© Armée de l'Air - Une partie de l'actuelle composante Air de la dissuasion nucléaire, avec ici un A330 MRTT Phénix et deux Rafale B.

© Armée de l'Air - Une partie de l'actuelle composante Air de la dissuasion nucléaire, avec ici un A330 MRTT Phénix et deux Rafale B.

Pour rappel, les A330 MRTT « Phénix » des FAS seront chargés de mener des missions de ravitaillement en vol, indispensables dans les opérations extérieures, pour les entraînements en France et surtout pour la mission de dissuasion nucléaire.

L'appareil dispose pour cela d'une perche rigide centrale et d'une nacelle sous les deux ailes. Contrairement aux C-135FR et KC-135RG actuellement en service et emportant 17 tonnes de carburant, l'A330 MRTT emporte lui pas moins de 50 tonnes. Les Stratotanker et les Phénix disposent tous les deux d'une autonomie de 4h30 sur la zone des opérations et peuvent opérer jusqu'à 2 000 kilomètres de la base de départ.

Ces MRTT pourront aussi mener des missions d'évacuation sanitaire avec le kit MORPHEE, déjà utilisé sur les actuels Stratotanker. En effet, il sera capable d'accueillir et de rapatrier en métropole vers les hôpitaux spécialisés des blessés de guerre puisque l'avion peut contenir jusqu'à dix modules MORPHEE à 12 000km de sa base.

Trois configurations sont possibles : La première, « CONFIGURATION CM30 », avec 20 stations accueillant jusqu’à 40 blessés légers, 88 passagers et du fret en soutes inférieures ; une seconde, « CONFIGURATION MORPHÉE» avec 10 modules accueillant jusqu’à 10 blessés lourds, 88 passagers et du fret en soutes inférieures ; et enfin une troisième et dernière, « CONFIGURATION D’OPPORTUNITÉ » avec 2 civières pour une évacuation médicale d’opportunité, 256 passagers et du fret en soutes inférieures.

Par ailleurs, ces appareils pourront effectuer des missions de transport puisqu'un appareil a la capacité d’accueillir 271 passagers à 10 000km, ou 40 tonnes à 7 000km. En comparaison, l'A310-300 emporte 29 tonnes à 5 000km et 185 passagers à 5 200km, et l'A340-200 transporte 41 tonnes à 11 500km et 279 pax à 11 800km. Enfin, les ravitailleurs actuels ont une capacité de 25 tonnes à 8 000km, de 73 pax à 9 000km, et de 8 modules MORPHEE à 8 000km.

Ils peuvent aussi servir de Relais Commandement avec une extension des communications pour les aéronefs évoluant dans la zone d'opération, notamment des communications C2 et de la SATCOM. En outre, il peut aussi faire office de relais d'informations ISR (Intelligence, Surveillance et Reconnaissance), avec une capacité de réception, de traitement et de diffusion des données reçues.

Le Standard 1, disponible à la livraison des avions, comprend le système d'échange de données tactiques Liaison L16, une caméra placée sous l'avant de l'avion et capable de filmer les environs de jour comme de nuit, un dispositif MEDEVAC (modules MORPHEE ou transport blessés légers), la perche rigide ventrale et les nacelles souples sous voilure et les spécificités techniques liées à la dissuasion nucléaire.

Le Standard 2, normalement disponible à compter de 2024, comprend un système de communication par satellite, une boucle courte de renseignement (transmission en direct au QG des données recueillies par la nacelle RECO-NG des Rafale via le satellite français SYRACUSE) et un système d'auto-protection.