Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
PHOTOS - Les Forces aériennes stratégiques ont 55 ans !

PHOTOS - Les Forces aériennes stratégiques ont 55 ans !

© Armée de l’air / Ministère des Armées - Un Rafale B armé d'un missile air-sol ASMP-A et de quatre missiles air-air MICA EM.

© Armée de l’air / Ministère des Armées - Un Rafale B armé d'un missile air-sol ASMP-A et de quatre missiles air-air MICA EM.

Les Forces aériennes stratégiques (FAS), composante aéroportée de la dissuasion nucléaire au sein de l'armée de l'Air française, viennent de fêter ce vendredi 4 octobre 2019 les 20 000 jours d'alerte nucléaire, 55 ans après la toute première prise d'alerte sur la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan, le 8 octobre 1964, sur Mirage IV, ravitailleur C-135 (déjà !) et la bombe AN-11.

Pour fêter ces 55 ans, la Ministre des Armées Florence Parly était sur la base aérienne à vocation nucléaire (BAVN) 113 de Saint-Dizier où s'est tenue une cérémonie militaire afin de marquer cet anniversaire, mais aussi pour officialiser l'entrée dans les forces de l'avion de ravitaillement en vol A330 MRTT « Phénix », remplaçant des vénérables C-135 et nouveau vecteur aérien des FAS qui permet la mise en service du couple Rafale B, missile air-sol ASMP-A et A330 MRTT.

L'arrivée et la montée en puissance des A330-243 MRTT « Phénix » au sein de l'armée de l'Air après plusieurs mois au sein des experts de l'Equipe de marque (EM) A330 MRTT du Centre d'expertise aérienne militaire (CEAM), ainsi que le retrait progressif au cours de la prochaine décennie quatorze ravitailleurs C-135FR/KC-135RG et des Airbus A310-300 et A340-200 de l'Escadron de transport (ET) 3/60 « Estérel » font que l'armée de l'Air vient de réorganiser ses unités.

En effet, le 4 octobre 2019, le Groupe de ravitaillement en vol 2/91 « Bretagne » devient l’Escadron de ravitaillement en vol (ERV) 4/31 « Sologne » avec les escadrilles BR 465 et SPAbi 54 et dispose toujours de ses quatorze ravitailleurs sur la BAVN 125 d'Istres-Le Tubé. En parallèle, les traditions du « Bretagne » changent de monture et vont maintenant opérer sur A330-243 MRTT au sein de l'Escadron de ravitaillement en vol et de transport stratégique (ERVTS) 1/31 « Bretagne ». Ce nouvel escadron se compose donc des escadrilles BR 108 « Pégase », VR 25 « Étoile américaine », BR 129 « Lapin trimardeur » et SAL 22 « Louve Romaine ». Enfin, le Centre de maintenance MRTT devient l’Escadron de soutien technique aéronautique (ESTA) 15/31 « Camargue ».

Aujourd'hui, outre la Marine nationale avec la Force aéronavale nucléaire (FANu) sur Rafale Marine et la composante océanique, la composante aéroportée de la dissuasion nucléaire est assurée par l'armée de l'Air française qui met en oeuvre l'Escadron de chasse 1/4 « Gascogne » et 2/4 « La Fayette » depuis la BAVN 113 de Saint-Dizier, soit une cinquantaine de Rafale B, et les ravitailleurs C-135 de l'ERV 4/31 « Sologne » et les Phénix de l'ERVTS 1/31 « Bretagne ».

© Armée de l’air / Ministère des Armées - Deux Rafale des FAS : le premier de l'EC 2/4 « La Fayette » et le second de la SPA 79 « Tête de loup » de l'EC 1/4 « Gascogne ».

© Armée de l’air / Ministère des Armées - Deux Rafale des FAS : le premier de l'EC 2/4 « La Fayette » et le second de la SPA 79 « Tête de loup » de l'EC 1/4 « Gascogne ».

Mais les FAS ne se cantonnent pas seulement à l'alerte nucléaire et assurent des missions conventionnelles aux côtés des autres unités de l'armée de l'Air et des forces armées françaises, et ce depuis 1994 avec l'engagement des Mirage 2000N dans l'opération CRECERELLE (puis DELIBERATE FORCE) en ex-Yougoslavie.

Aujourd'hui, les FAS, que ce soit sur Rafale ou ravitailleur et en plus de l'alerte nucléaire, sont de toutes les missions de l'armée de l'Air avec la permanence opérationnelle sur le territoire national, les opérations extérieures (Chammal en Irak/Syrie, Barkhane au Sahel, Herodote en Libye, etc…) et les grandes missions aériennes avec des raids aériens en profondeur et à très grande distance comme le raid HAMILTON sur la Syrie, le 14 avril 2018. Enfin, il faut ajouter à tout cela la formation et l'entraînement des équipages navigants et la conduite des entraînements au tir d'un missile ASMP-A (exercices POKER, MARATHON, EXCALIBUR, etc…).

Mais les FAS, ce ne sont pas uniquement des escadrons Rafale ou ravitailleurs puisque le Commandement des Forces aériennes stratégiques (CFAS) comprend un état-major installé sur la base aérienne 107 de Vélizy-Villacoublay, un centre d’opérations (COFAS) situé à Taverny (COFAS de dévolution à Lyon Mont-Verdun) et qui assure « le suivi permanent des moyens, la capacité de réaliser une montée en puissance immédiate de ces moyens, la planification et la conduite des missions », une unité de transport d’éléments d’armes sur la BAVN 702 d'Avord et donc quatre escadrons (deux sur Rafale B et deux sur ravitailleur C-135 et A330 MRTT).

Par ailleurs, outre les bases aérienne à vocation nucléaire (BAVN de Saint-Dizier, Istres et Avord) qui ont un dépôt d'armes et une zone d'alerte pour les Rafale, le CFAS dispose également de bases aériennes qui peuvent accueillir des ravitailleurs dans le cadre de leur prise d'alerte avec la BA 118 de Mont-de-Marsan, la BA 105 d'Evreux et la BA 126 de Solenzara.

Les Forces aériennes stratégiques ont plus d'un demi-siècle d'existence et pourtant, en 2019, elles n'ont jamais été aussi modernes avec le Rafale B, son missile air-sol ASMP-A et l'arrivée de l'A330 MRTT « Phénix ». L'avenir de la composante aéroportée est garantie avec le développement de l’ASN4G (missile air-sol nucléaire de 4ème génération), remplaçant de l’ASMP-A, la modernisation dans les prochaines décennies de l'A330 et peut-être, encore plus tard, l'arrivée du SCAF au sein de cette composante.

Les photos ci-dessous représentent les capacités des Forces aériennes stratégiques à ce jour avec Rafale, ASMP-A et Phénix. La toute première image, composée d'une formation de douze Rafale B et d'un A330 MRTT, présente une force de frappe considérable et redoutable.

Outre le frappe nucléaire, l'image illustre trois capacités des FAS avec :

  • Les raids aériens à très longue distance et dans la profondeur grâce au missile de croisière air-sol SCALP-EG,
  • Les missions plus conventionnelles de Close air support et d'Air interdiction par exemple avec les bombes GBU guidées laser/GPS (ou les AASM laser/GPS non visibles ici),
  • La défense et la supériorité aérienne avec les missiles air-air MICA IR (infrarouge), MICA EM (électromagnétique) et le missile air-air à très longue portée METEOR.

Il est difficilement imaginable la puissance destructrice de ces douze Rafale armés de SCALP-EG, GBU et/ou AASM associés aux MICA IR/EM de nouvelle génération (NG) et au METEOR, le tout couplé à un radar à antenne active AESA et l'ensemble connecté en réseau avec d'autres vecteurs aériens et des centres de commandement au sol.

© Armée de l’air / Ministère des Armées
© Armée de l’air / Ministère des Armées
© Armée de l’air / Ministère des Armées
© Armée de l’air / Ministère des Armées
© Armée de l’air / Ministère des Armées
© Armée de l’air / Ministère des Armées
© Armée de l’air / Ministère des Armées
© Armée de l’air / Ministère des Armées
© Armée de l’air / Ministère des Armées
© Armée de l’air / Ministère des Armées
© Armée de l’air / Ministère des Armées
© Armée de l’air / Ministère des Armées
© Armée de l’air / Ministère des Armées

© Armée de l’air / Ministère des Armées