Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
La DGA réceptionne le deuxième Falcon 50Ms équipé d'une trappe de largage

La DGA réceptionne le deuxième Falcon 50Ms équipé d'une trappe de largage

© Frédéric Duplouich / Marine Nationale / Défense - Le Falcon 50M n°132 de la Flottille 24F de la Marine nationale.

© Frédéric Duplouich / Marine Nationale / Défense - Le Falcon 50M n°132 de la Flottille 24F de la Marine nationale.

En 2012, dans le cadre de la modernisation du parc de l'Escadron de transport (ET) 0/60 « Estérel », les quatre Falcon 50B sont arrivés dans la Marine nationale pour qu'elle puisse s'en servir comme avion de surveillance maritime (SURMAR) au sein de la Flottille 24F, sous le nom Falcon 50Ms, en raison d'un déficit d'appareil pour ce type de mission. Le passage du parc aéronautique de l'armée de l'Air à celui de la Marine nationale a profondément modifié la mission de ces avions (du transport de personnels à de la surveillance maritime) et cela a impliqué une modification de la cellule interne et l'installation de nombreux équipements à bord des avions.

Les modifications, effectuées à Bordeaux-Mérignac par l'avionneur Dassault Aviation, également concepteur et fabriquant de l'appareil, impliquent l'installation d'un radar de surveillance Ocean Master 100 de Thales, d'une boule électro-optique infrarouge rétractable Chlio, de consoles de SURMAR pour les opérateurs à bord des appareils, d'un système de transmission Inmarsat C et enfin, des hublots d'observation de grande taille sur la cellule de l'appareil afin d'avoir une vue dégagée sur l'espace maritime lors des missions de surveillance.

Ces quatre appareils, dont le premier a été converti à partir de 2013, ont depuis été livrés à la Marine nationale sur la base aéronavale (BAN) de Lann-Bihoué puisque le quatrième et dernier exemplaire l'a été dans le courant du début de l'année 2016. Mais la modernisation de cette flotte ne s'est pas arrêtée là puisque la Marine nationale a pris la décision d'installer sur les Falcon Ms une trappe de largage dans le cadre des missions de recherche et de sauvetage (SAR, search and rescue).

C'est donc dans ce cadre là que le 25 juillet 2019, « la Direction générale de l’armement (DGA) a réceptionné à Mérignac (Gironde) le deuxième Falcon 50 Ms équipé d’une trappe de largage d’équipements de sauvetage maritime », annonce la DGA dans un communiqué de presse en date du 20 septembre 2019. Lors de la réception du tout premier Falcon Ms équipé d'une trappe de largage en novembre 2018, la DGA avait notifié à Dassault Aviation un contrat portant sur la modification des trois autres Falcon MS.

Actuellement, le troisième Falcon Ms est en cours de modification après être arrivé à Bordeaux-Mérignac le 22 août 2019. Cet appareil « devrait être livré transformé avant la fin de l’année » précise la DGA, tandis que « le quatrième et dernier Falcon 50Ms équipé devrait être réceptionné en 2020 ».

Les quatre Falcon 50Ms de la Flottille 24F, aux côtés des quatre Falcon 50Mi (intervention), opèrent depuis la base aéronavale de Lann-Bihoué, de Hyères ou depuis Dakar, au Sénégal. Ces appareils effectuent « des missions de surveillance maritime et d’intervention dans le cadre de l’action de l’État en mer », dont de la recherche et sauvetage en mer, de la lutte contre les pollutions maritimes et contre les trafics illicites par voie de mer ainsi que de la surveillance des approches maritimes françaises.

Les Falcon 50Ms et Mi sont longs de 18,80m, ont une envergure de 18,90m, mesurent 6,97m de haut et ont une masse à vide de 9 150kg et une masse maximale de 18 500kg. Ils sont propulsés par trois réacteurs à double flux Garrett TFE 731-3-1C qui développent chacun 1,6 tonnes de poussée et qui lui offrent une vitesse de croisière de 685km/h et un plafond de 14km (45 000ft). Ces Falcon disposent d'une distance franchissable de 5 000km (2 700mn), d'un rayon d'action de 2 400km (1 300mn) et d'une autonomie de 6h30. L'équipage se compose de cinq marins, dont deux pilotes et trois opérateurs.

Dans le cadre des missions de recherche et de sauvetage en mer, les Falcon 50Mi et Ms disposent à l'arrière de huit conteneurs SAR qui sont largués en vol à travers la trappe qui se trouve elle aussi à l'arrière de l'avion. La Marine nationale explique qu'un conteneur SAR est un « ensemble de survie contenu dans un radeau gonflable ».