Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
Côte d'Ivoire : Un pilote tué et un chef de bord grièvement blessé dans le crash de leur Gazelle

Côte d'Ivoire : Un pilote tué et un chef de bord grièvement blessé dans le crash de leur Gazelle

© Armée de l'Air - Décollage d'une Gazelle depuis Djibouti.

© Armée de l'Air - Décollage d'une Gazelle depuis Djibouti.

Hier mardi 10 juillet 2018, un hélicoptère Gazelle des Forces françaises en Côte d'Ivoire (FFCI) s'est écrasé à proximité du village de Modeste, situé dans le sud du pays, à quelques kilomètres d'Abidjan, la capitale. L'accident a eu lieu aux alentours de 16h45 (heure locale), soit environ 19h00 (heure de Paris). L'Etat-Major des Armées (EMA) a confirmé l'accident dans la soirée, mais sans évoquer l'état de santé de l'équipage, dont un membre était annoncé décédé par la presse locale ivoirienne et l'Agence France Presse.

Ce matin mercredi 11 juillet, l'EMA a confirmé le décès accidentel du pilote de la Gazelle, et que le chef de bord était lui grièvement blessé. Le communiqué précise que « l'accident a eu lieu lors d’une mission d’entraînement entre les forces armées françaises et ivoiriennes », et que l'hélicoptère « s’est écrasé à une vingtaine de kilomètres à l’est d’Abidjan, dans le secteur de Grand Bassam ».

Par ailleurs, il est également indiqué que « le chef de bord et le pilote, gravement blessés, ont été rapidement pris en charge et évacués par voie routière vers la structure médicale de la base militaire française à Port-Bouët ». « Le pilote y est décédé des suites de ses blessures. Le chef de bord est en cours d’évacuation par Falcon vers la métropole », est-il aussi ajouté.

Les circonstances de l'accident n'ont pas été évoquées, mais la presse locale explique que la Gazelle aurait touché une ligne électrique. « Une enquête sera diligentée » affirme l'EMA. 

Le dernier accident impliquant des Gazelle remonte au 02 février 2018, où cinq officiers ont perdu la vie. Deux machines de l'Ecole de l'Aviation Légère de l'Armée de Terre (EALAT) se sont percutées en vol avant de s'écraser sur les rives du lac de Carcès, situé dans le département du Var et à une dizaine de kilomètres de Brignoles. Les deux appareils, avec leurs équipages, venaient de décoller de la base du Cannet des Maures, située à environ 15km du lieu de l'accident.

Le 10 janvier 2018, une Gazelle avait déjà été perdue dans une rivière en Côte d'Ivoire. Par chance, les deux membres d'équipage ont pu s'extraire de l'appareil alors qu'elle était en train de couler. L'hélicoptère, qui effectuait un vol à basse altitude, aurait percuté une ligne à haute tension.

Plus ancien, le 13 novembre 2017, c'est une Gazelle Viviane du 3ème Régiment d'Hélicoptères de Combat (RHC) d'Etain qui s'est écrasée au décollage de l'aérodrome de Bar-le-Duc, dans le département de la Meuse. Les deux membres d'équipage n'avaient pas été blessés. Enfin, c'est une autre Gazelle Viviane, du 1er Régiment d'Hélicoptères de Combat, qui a été perdue le 09 février 2016 à Madama, au Niger. L'équipage récemment arrivé en BSS effectuait un entraînement au vol de nuit sous jumelle de vision nocturne.