Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
Deux aviateurs de la base aérienne de Nancy décèdent dans l'accident de leur avion

Deux aviateurs de la base aérienne de Nancy décèdent dans l'accident de leur avion

© Armée de l'Air - Un Mirage 2000D de la base aérienne 133 de Nancy-Ochey.

© Armée de l'Air - Un Mirage 2000D de la base aérienne 133 de Nancy-Ochey.

Le vendredi 11 mai 2018, aux alentours de 19h30, deux aviateurs de la base aérienne 113 de Nancy-Ochey ont perdu la vie lorsque leur avion de tourisme, un Varieze, s'est écrasé dans un champ à proximité de la commune de Laneuvelotte, située Meuthe-et-Moselle, à quelques kilomètres à l'est de la ville de Nancy. L'appareil venait de décoller de l'aérodrome d'Essey-lès-Nancy, non loin du lieu de l'accident.

D'après le communiqué de presse publié par le procureur de la République de Nancy, François Pérain, « des premiers éléments de l’enquête et notamment des témoignages, il ressort qu’un morceau d’une aile se serait détaché et aurait eu pour effet de déséquilibrer l’avion dont le pilote aurait perdu la maîtrise ». Sur place après l'accident, les pompiers ont éteint l'incendie tandis que la Gendarmerie a établi un périmètre de sécurité pour que les militaires de la Brigade du transport aérien du Bureau Enquête Accident de Metz puissent procéder aux investigations.

L'aile a été retrouvée plus tard par les inspecteurs, qui ont utilisé un drone pour filmer les alentours. Les deux aviateurs sont décédés dans le crash de leur Varieze, un avion développé par le constructeur américain Burt Rutan. Conçu avec des matériaux composites, cet appareil ce distingue par ses plans canard à l'avant, ses ailes en flèche, son moteur Volkswagen de 100ch à l'arrière et l'hélice qui suit. Outre sa forme, la particularité de cet avion est qu'il est généralement livré en kit et qu'il faut le monter soi-même.

L'appareil étant détenu en multipropriété d'après la presse locale, l'identité des deux victimes n'a pu être confirmée qu'à la suite de l'identification des deux voitures qui se trouvaient sur l'aérodrome de départ. Ce n'est que le lendemain que les médias locaux ont annoncé le décès de Thomas Segalini, NOSA sur Mirage 2000D, et Paul Gelibert, officier renseignement sur la base aérienne. Contactée, et suite à la confirmation judiciaire, l'armée de l'Air a pu transmettre les biographies des deux aviateurs :

« Biographie du Commandant Thomas S. : Originaire de l'Oise, le commandant Thomas S. était âgé de 34 ans et père d'une petite fille. Il s'engage dans l'armée de l'air à l'été 2004. A l'issue de sa formation, il rejoint la base aérienne 133 de NANCY où il a servi à compter de 2011. Il rejoint plus précisément la 3ème escadrille, la SPA62 de l'escadron de chasse 1/3 « Navarre » où il occupe les fonctions d'officier navigateur système d'armes.

Le commandant a participé à de nombreuses opérations extérieures, conflits au sein desquels l'armée de l'air est actuellement engagée, au Levant et en BSS. A ce titre, le commandant était titulaire de plusieurs croix de la valeur militaire, ainsi que de la médaille de la défense nationale échelon argent. Le commandant totalisait près de 2000 heures de vol au titre de ses fonctions militaires.

L'armée de l'air déplore la perte de cet officier navigant aguerri, engagé, aux riches qualités humaines ».

D'après Le Courrier Picard, « depuis plus d’un an et demi, Thomas Segalini songeait à une reconversion dans l’aviation civile ». Sa compagne, qui a accepté de répondre aux questions de L'Est Républicain, expliquait que « Thomas était très enthousiaste à propos de cet avion, moi, pas du tout. Je n’ai aucune compétence technique particulière mais je ne me suis pas sentie en sécurité dedans ». En revanche, un de ses amis avec qui il a volé déclarait que « tout s’est bien passé. C’est vrai que c’est un avion très fin et très technique à piloter. Mais pour un pilote du niveau de Thomas, cela ne posait aucun problème. Il était très bon et c’était un passionné ».

« Biographie du Sous-lieutenant Paul G. : Le Sous-lieutenant Paul G. s'est engagé il y a un an dans l'armée de l'air. Il a rejoint l'escadron de chasse 1/3 « Navarre » où il a démarré sa jeune carrière d'officier renseignement. Né à BORDEAUX, le Sous-lieutenant était âgé de 28 ans, célibataire, sans enfant.

L'armée de l'air exprime sa plus profonde compassion aux familles et aux proches des deux aviateurs ».