Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
Syrie : Un An-26 Curl russe s'est écrasé à l'atterrissage

Syrie : Un An-26 Curl russe s'est écrasé à l'atterrissage

© Russian MoD - Un AN-26 «Curl», utilisé ici dans le cadre d'une mission du traité Open Skies.

© Russian MoD - Un AN-26 «Curl», utilisé ici dans le cadre d'une mission du traité Open Skies.

Mardi 06 mars 2018, un avion de transport de l'Armée de l'air russe AN-26 «Curl» s'est écrasé aux abords de la base aérienne de Hmeimim, située à la périphérie de la ville de Lattaquié et sur la côte ouest de la Syrie, alors qu'il s'apprêtait à atterrir sur cette base aérienne, où sont installés les différentes détachements aériens russes.

Selon les médias russes, qui citent un communiqué de presse du Ministère russe de la Défense, «le 6 mars, à environ 15h00 [heure de Moscou, NDLR], lors de son atterrissage sur l'aérodrome de Hmeimim, un avion de transport russe An-26 s'est écrasé». «Selon les premières informations, 26 passagers et six membres d'équipe se trouvaient à bord. Ils sont tous décédés», ajoute le Ministère. Quelques heures plus tard, le nombre d'occupants a été revu à la hausse et porté à 33 passagers par les autorités militaires russes, en plus des membres d'équipage.

L'avion de transport russe, appartenant au Russia Special Purpose Aviation Brigade et annoncé comme étant le «26 Rouge» immatriculé RF-36162, effectuait une mission de transport de troupes entre la ville d'Alep, située dans le nord-ouest de la Syrie, et Lattaquié, distentes d'environ 140km. L'appareil s'est écrasé en phase finale de son atterrissage, à environ 500 mètres de la piste et par beau temps.

Le Ministère russe de la Défense a rapidement exclu une action ennemi en expliquant «qu'une défaillance technique pourrait être la cause du crash de l'An-26 russe en Syrie, d'après les informations préliminaires. Selon un rapport sur place, il n'y a pas de traces de feu sur l'avion». «Une commission du ministère russe de la Défense examinera toutes les versions possibles du crash», ajoute également le communiqué.

La base aérienne de Hmeimim, qui depuis quelques jours accueille quatre Sukhoï T-50, a déjà connu au moins un accident meurtrier lors des phases de décollage et d'atterrissage. Le dernier crash remonte au 10 octobre 2017, lorsqu'un Su-24M2 «Fencer» qui décollait pour réaliser une mission d'attaque au sol a effectué une sortie de piste. Le pilote et le navigateur ne se sont pas éjectés de l'appareil par manque de réaction et ont été tués dans l'accident.