Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
Les P-8A Poseidon australiens ont atteint leur capacité opérationnelle initiale

Les P-8A Poseidon australiens ont atteint leur capacité opérationnelle initiale

© RAAF - Des F/A-18A/B Hornet et P-8A Poseidon ont effectué une mission conjointe à basse altitude et à haute vitesse au-dessus du golfe de St Vincent.

© RAAF - Des F/A-18A/B Hornet et P-8A Poseidon ont effectué une mission conjointe à basse altitude et à haute vitesse au-dessus du golfe de St Vincent.

Le 16 novembre 2016, la Royal Australian Air Force (RAAF, Force aérienne royale australienne) a réceptionné sur l'aéroport de Canberra son tout premier avion de patrouille maritime P-8A Poseidon. Aujourd'hui composée de six exemplaires, la flotte du Squadron 11 est stationnée sur la base aérienne de Edinburgh, située dans le sud de l'Australie. Un an et quatre mois après l'arrivée des premiers exemplaires, les Poseidon ont acquis leur capacité opérationnelle initiale (Initial Operating Capability, IOC).

En effet, dans un communiqué de presse publié le 20 mars 2018, la Royal Australian Air Force a indiqué que la flotte des P-8A venait d'obtenir sa capacité opérationnelle initiale cinq mois avant le calendrier initialement prévu. A cette occasion, le maréchal de l'air Leo Davies, commandant de la RAAF, a déclaré que « l'arrivée du P-8A a permis à la force aérienne, dans le cadre du plan [de modernisation, NDLR] Jericho, de développer et d'élaborer de nouveaux concepts d'exploitation et de soutiens logistique ».

L'intégration de ces nouveaux avions de patrouille maritime et les nouveaux concepts d'emploi qui en découlent permettront de « mieux exploiter les capteurs des P-8A et la mise en réseau dans le cadre de la gestion intégrée des systèmes maritimes ISR (Intelligence, Surveillance and Reconnaissance) de la Royal Australian Navy et de la Royal Australian Air Force », a-t-il aussi ajouté.

De son côté, la Ministre australienne de la défense, Marise Payne, a affirmé « qu'ensemble, le P-8A Poseidon et le futur drone MQ-4C Triton fourniront à l'Australie l'une des capacités de patrouille maritime et de surveillance la plus avancée au monde ». « Le P-8A est un successeur efficace de l'AP-3C Orion, qui prendra bientôt sa retraite après presque 40 ans de service distingué », a-t-elle précisé.

En août 2014, l'Australie a fait le choix d'acquérir douze P-8A Poseidon pour un montant de cinq milliards de dollars. Les nouveaux avions de patrouille maritime assureront leurs missions aux côtés de sept drones MQ-4C Triton de Northrop Grumman, eux-aussi spécialisés dans la surveillance maritime et dérivés du RQ-4 Global Hawk. La commande pour ces drones n'a toutefois toujours pas été officiellement confirmée. 

Dans son communiqué de presse diffusé lors de la réception de l'appareil, la RAAF expliquait alors que le P-8A « permettra d'améliorer grandement les capacités australiennes en permettant de garder les frontières en sécurité et en protégeant les approches maritimes ». En outre, ces avions permettront de « renforcer les capacités existantes en matière de surveillance maritime, tout en aidant à la sécurité aux frontières de l'Australie, et ils joueront un rôle essentiel dans la lutte contre les passeurs et dans l'accomplissement de missions anti-sous-marine ».

Il est équipé de multiples radars spécialisés dans la détection de cibles sous-marines et en surface (bâtiments de guerre, embarcations plus ou moins légère, navires de plaisance et de commerce, etc…). Disposant de nombreux systèmes de communication qui fonctionnent via des fréquences radios et par voies satellitaires, les Poseidon peuvent évoluer dans un rayon de 2 000 kilomètres depuis leur base de départ, et ont la possibilité d'être ravitaillés en vol (ici, avec des KC-30A MRTT de la RAAF). Enfin, dans le cadre de leur mission principale, les P-8A peuvent mettre en oeuvre le missile de croisière GM-84H/K SLAM-ER, le missile air-mer Harpoon, ainsi que les torpilles Mark 54.