Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
Irak : Les NH90A italiens déployés ont effectué plus de 1 000 heures de vol

Irak : Les NH90A italiens déployés ont effectué plus de 1 000 heures de vol

© MDD - Un NH90A et un AH129D de l'Aviazione dell’Esercito en vol au-dessus de l'Irak, pendant l'opération Prima Parthica.

© MDD - Un NH90A et un AH129D de l'Aviazione dell’Esercito en vol au-dessus de l'Irak, pendant l'opération Prima Parthica.

En mars 2016, dans le cadre de l'opération internationale Inherent Resolve (Prima Parthica, pour Rome), le Ministère italien de la Défense a pris la décision de déployer en Irak un détachement d'hélicoptères de manoeuvre NH90TTH (désignés localement NH90A) et des hélicoptères de combat AH129D appartenant à l’Aviazione dell’Esercito (AVES, Aviation légère de l'Armée de terre italienne).

Ce détachement italien, composé d'une centaine de militaires au sol, est déployé à Erbil dans le nord de l'Irak, et doit assurer la protection des entreprises italiennes qui assurent la reconstruction et l'entretien du barrage de Mossoul, situé sur le Tigre et délaissé pendant plusieurs années après l'arrivée et le contrôle de la région par les jihadistes de l'organisation Etat Islamique.

C'est donc dans ce cadre là que le Ministère italien de la Défense (Ministero della Difesa) a annoncé, dans un communiqué de presse publié le 21 février 2018, que les quatre NH90A italiens du Task Group (ATG) Griffon venaient de passer le cap des 1 000 heures de vol effectuées sur le théâtre irakien, depuis leur déploiement il y a deux ans avec le 66° Reggimento Fanteria Aeromobile «Trieste».

Dans son annonce, il est expliqué que sur place les NH90A assurent des missions de transport de troupes et de matériels au profit du contingent italien et pour le compte des pays membres de la coalition internationale. De leurs côtés, les hélicoptères d'attaque AH129D assurent eux des missions d'escorte des convois terrestres et des hélicoptères de manoeuvre, ainsi que la protection du barrage depuis les airs, en complément des unités engagées au sol.

Par ailleurs, en plus de leurs missions initiales, les hélicoptères NH90A et AH129D doivent aussi assurer une QRA (Quick reaction alert) pour mener à tout moment des missions CSAR (Combat Search and Rescue, Recherche et sauvetage au combat) afin d'aller récupérer l'équipage d'un avion de combat qui se serait éjecté dans le nord de l'Irak.

Actuellement, dans le cadre de Prima Parthica, l'Italie engage en Irak environ 1 500 militaires issus des forces conventionnelles et des forces spéciales, 17 aéronefs (hélicoptères de manoeuvre et d'attaque, avion de combat, de ravitaillement en vol et drones) et près de 400 véhicules terrestres, tous répartis entre quatre Task Force différentes.

A Erbil et à Mossoul, les militaires italiens de la Task Force Land forment des forces de sécurité kurdes, des militaires irakiens des forces conventionnelles et spéciales, ainsi que des membres de la police irakienne à plusieurs types de missions (formation de base, formation au système anti-char Folgore, aux tirs de mortiers et d'artillerie, au tirs de précision, aux premiers secours et contre les IED).

A Mossoul, directement sur le barrage, se trouve aussi la Task Force «Praesidium», composée d'environ 500 militaires. Cette dernière a pour mission de suivre et diriger les travaux qui se déroulent sur le barrage, et de protéger le personnel civil de l'entreprise italienne Trevi qui a remporté l'appel d'offres et qui assure l'ensemble des travaux.

Enfin, Rome met en oeuvre deux drones MQ-9 Reaper, un avion de ravitaillement en vol KC-767, ainsi que quatre AMX «Ghibli» du 51° Stormo, qui oeuvrent tous depuis la base aérienne d'Ahmed al-Jaber, au Koweït. Ce contingent est soutenu au sol par environ 150 aviateurs (mécaniciens, officiers renseignement, armuriers, spécialistes, etc…) qui permettent la tenue de ces opérations. Ce Task Group Black Cats assure uniquement des missions de reconnaissance au-dessus de l'Irak avec la nacelle de désignation laser et d'observation LITENING III, puisque l'Italie n'a pas souhaité s'engager dans des frappes aériennes.