Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
La Croatie va acheter des F-16D Barak israéliens d'occasion

La Croatie va acheter des F-16D Barak israéliens d'occasion

© IAF - Un F-16D « Barak » de la Force aérienne israélienne lors d'une mission d'entraînement pendant l'exercice BLUE FLAG 2017.

© IAF - Un F-16D « Barak » de la Force aérienne israélienne lors d'une mission d'entraînement pendant l'exercice BLUE FLAG 2017.

Actuellement, la Force aérienne croate dispose d'une flotte d'avions de combat constituée d'une petite douzaine de MIG-21bis-D «Dorađen» qui sont installés sur la 91st Air Force Base à Zagreb, dans le nord de la Croatie. A l'image de la Bulgarie avec les MIG-29 «Fulcrum» de sa force aérienne, la Croatie s'est lancée elle-aussi dans le processus long et complexe du renouvellement de son aviation de combat, qui fait face à un âge avancé, un coût élevé de mise en condition opérationnelle, un retard technologique et une très faible disponibilité.

Le 20 juillet 2017, le Ministère croate de la Défense a envoyé une Requests for Information (RfI - demande d'informations) à cinq Etats qui seraient capables de lui fournir une nouvelle machine. Il s'agissait alors de la Corée du Sud avec le FA-50 « Golden Eagle », de la Suède avec son JAS-39C/D Gripen de Saab, des Etats-Unis avec le F-16C/D de Lockheed Martin, d'Israël avec ses F-16C/D « Barak » d'occasions et de la Grèce qui proposait des F-16C/D Block 30.

Quatre mois plus tard, en novembre 2017, le gouvernement croate avait officiellement annoncé avoir présélectionné les deux derniers concurrents de cette compétition puisque l'offre des F-16 israéliens a été retenue aux côtés des Gripen suédois. Selon les quotidiens locaux, l'offre émise par les Etats-Unis était trop chère puisqu'elle proposait des F-16C/D Block 70, tandis que la proposition grecque ne satisfaisait pas en raison d'une version trop ancienne. Enfin, Korea Aerospace Industries (KAI) n'a pas été en mesure de fournir une offre qui correspondait au cahier des charges.

Pour la sélection des deux derniers candidats, la Force Aérienne Croate avait encore des possibilités variées. En effet, concernant le JAS-39C/D Gripen, elle pouvait faire le choix d'acquérir une flotte totalement neuve, de louer des appareils avec une possibilité d'achat à l'avenir (comme le fait actuellement la République tchèque) ou de partir sur une flotte d'occasions avec le prochain retrait des Gripen C/D de la Force aérienne suédoise puisqu'elle s'apprête à recevoir une nouvelle version, le JAS-39E/F Gripen.

Mais finalement, au terme de plusieurs mois de réflexions, le Conseil de Défense qui s'est tenu ce jeudi 29 mars 2018 a permis à la commission d'experts du Ministère croate de la Défense d'annoncer au gouvernement que la proposition israélienne est la plus intéressante. De fait, l'Etat croate a pris officiellement la décision de se lancer dans l'acquisition de douze F-16D d'occasion (uniquement des biplaces selon les médias locaux), pour un montant d'environ 403 millions d'euros.

Dans un communiqué de presse publié sur le site officiel de la Force aérienne croate, le Premier Ministre Andrej Plenković a déclaré que « la décision de se procurer un avion de combat polyvalent est une décision stratégique qui renforcera les capacités de l'armée croate pour devenir un membre plus respecté de l'OTAN et de l'Union européenne ». Ce contrat « représente une volonté politique forte et nous renforcerons le partenariat stratégique avec l'Etat d'Israël et les Etats-Unis », a-t-il aussi ajouté.

Suite à l'annonce du vainqueur de cette compétition, « le Ministère de la Défense de la République de Croatie prendra toutes les mesures nécessaires en vue de la conclusion d'un contrat entre la République de Croatie et l'État d'Israël sur l'achat d'un avion de combat polyvalent », apprend-on sur le communiqué de presse relatif à l'annonce.

Si les dernières négociations et le processus de livraison se déroulent dans les temps, les deux premiers F-16D « Barak » doivent se poser en Croatie courant 2020. Par la suite, six appareils seront livrés en 2021 tandis que les quatre derniers arriveront en 2022. Outre les appareils, ce contrat comprend également la livraison de l'armement associé, deux simulateurs pour la formation et l'entraînement, ainsi que la formation des équipages navigants et du personnel au sol (mécaniciens, armuriers, spécialistes avionique, armements, etc…).