Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
Le Canada va déployer des CH-147F Chinook et CH-146 Griffon au Mali

Le Canada va déployer des CH-147F Chinook et CH-146 Griffon au Mali

© ARC - Un hélicoptère CH-146 Griffon survole le nord de l’Irak lors d’un vol tactique au cours de l’opération IMPACT, en novembre 2016.

© ARC - Un hélicoptère CH-146 Griffon survole le nord de l’Irak lors d’un vol tactique au cours de l’opération IMPACT, en novembre 2016.

Actuellement, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) dispose, entre autres, d'une flotte aérienne composée de deux hélicoptères NH90TTH et deux hélicoptères d'attaque Tigre UHT de l'Heeresfliegertruppe, de deux NH90TTH de la Composante Air belge stationnés à Gao, et de trois hélicoptères d'attaque MD-500E de la Force aérienne salvadorienne, basés à Tombouctou. Ces appareils assurent des missions de protection et d'escorte des convois terrestres des militaires de la MINUSMA, l'appui aérien lors de prise à partie par des jihadistes, ainsi que des missions de transport de troupes, de matériels et d'évacuation médicale.

Mais ces vecteurs aériens vont être renforcés avec le déploiement au Mali d'hélicoptères de transport lourd CH-147F Chinook et d'hélicoptères utilitaires de transport tactique CH-146 Griffon, issus de l'Aviation Royale Canadienne (ARC). En effet, dans un communiqué de presse publié le 19 mars 2018, le Ministère canadien de la Défense a officialisé l'envoi « d'une force opérationnelle aérienne (FOA) participera à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) pendant une période de 12 mois ».

« La FOA comprendra deux hélicoptères CH-147F Chinook de l’Aviation royale canadienne, qui assureront une capacité urgente de transport et de logistique pour la MINUSMA, et quatre hélicoptères CH-146 Griffon, qui assureront une escorte et une protection armées, ainsi que les équipages et le personnel de soutien nécessaires », précise le communiqué, avant d'ajouter que « le déploiement comptera aussi un certain nombre de soldats des Forces armées canadiennes qui soutiendront les évacuations médicales de militaires au sol et apporteront un appui logistique ».

Acquis entre 2013 et 2014, les Chinook canadiens sont tous stationnés sur la base aérienne de Petawawa (Ontario), dans l'est du Canada. Après avoir été déployés de 2003 à 2011 en Afghanistan, les CH-147F vont retrouver le théâtre des opérations. Pour cela, ils disposent notamment « d'un système de contremesures de missiles actifs à laser, d'un système de largage de paillettes et de leurres infrarouges, d'un système d'alerte verrouillage par laser et radar, d'un blindage complet, de capteurs électro-optique et infrarouge, et de trois mitrailleuses d'auto-défenses (deux canons latéraux à l'avant et un sur la rampe arrière) ». Avec une vitesse maximale de 315km/h et d'une importante capacité d'emport, que ce soit en militaires ou en matériels, les Chinook ont un rayon d'action de plus de 1 100 kilomètres depuis la base de départ.

Les Griffon ont été acquis par l'ARC entre 1995 et 1997. Outre des missions d'assistance lors de catastrophes environnementales, des CH-146 sont actuellement déployés à Erbil, dans le nord de l'Irak, où ils assurent depuis 2016 des missions de transport de troupes et de matériels, ainsi que des évacuations médicales dans le cadre de l'opération internationale Inherent Resolve.

Ces hélicoptères utilitaires (ou polyvalents) sont capables de mener des missions variées avec du SAR (Search and rescue, recherche et sauvetage), de la surveillance et de la reconnaissance, des missions de formation, des évacuations médicales, ainsi que des opérations de lutte contre les trafics de drogue. Pour réaliser ces missions, les CH-146 sont équipés d’un système GPS, d'un radar Doppler et d’un treuil pour récupérer et acheminer du personnel et du matériel dans des endroits exiguës où l'atterrissage n'est pas possible.

En outre, pour renforcer leurs efficacités, les Griffon peuvent être équipés « d'un dispositif infrarouge à balayage frontal au pod ou en nacelle (FLIR), d'un système d’imagerie électro-optique Wescam MX-1, d'un puissant projecteur Nitesun et de planchers et sièges blindés ». Pour compléter ces équipements, le CH-146 peut emporter une mitrailleuse d'auto-défense en sabord. Avec les deux pilotes et le mécanicien de bord, l'appareil peut emporter en plus jusqu'à dix personnes dans sa soute. Il dispose d'un rayon d'action de 656km, pour une vitesse maximale de 260km/h et une charge d'emport maximale de 5 400kg.

© ARC - Un CH-147F Chinook du 450è Escadron tactique d’hélicoptères repart après avoir déposé des membres du 12è Régiment blindé.

© ARC - Un CH-147F Chinook du 450è Escadron tactique d’hélicoptères repart après avoir déposé des membres du 12è Régiment blindé.

Cette intervention canadienne se fait dans le cadre du « Programme pour la stabilisation et les opérations de paix », annoncé par le gouvernement canadien en 2017 et avec pour objectif d'obtenir un siège permanent en 2021 au Conseil de sécurité de l'ONU. Pour cela, le Ministère canadien de la Défense a dégagé trois axes sur lequel il va se concentrer avec d'abord les principes de Vancouver, qui visent à « mettre un terme au recrutement et à l’utilisation d’enfants‑soldats dans le monde », et l’Initiative Elsie, qui est « un projet pilote qui vise à accroître rapidement le nombre de policières et de femmes militaires affectées à des opérations de maintien de la paix des Nations Unies ». Enfin via « une gamme d’engagements conjoints et des capacités militaires considérables seront déployées au cours des cinq prochaines années lors de rotations planifiées et prévisibles aux côtés d’autres pays membres, afin de mettre à profit l’expertise canadienne ».

Dans ce troisième et dernier objectif, les forces armées canadiennes vont mettre en place « une force de réaction rapide ainsi que l’équipement connexe, une force opérationnelle aérienne composée d’hélicoptères polyvalents armés de taille moyenne », ainsi qu'une capacité de « transport aérien tactique de soutien nécessaire pour combler les lacunes des Nations Unies quant à leur capacité de transporter du personnel, de l’équipement et des provisions à l'appui de leurs missions ». 

Un volet est déjà en préparation puisqu'un CC-130 Hercules de l'Aviation royale canadienne va être déployé à Entebbe, dans le sud de l'Ouganda, au Centre de soutien régional des Nations Unies pour soutenir les actions de la MONUOR (Mission d'observation de l'ONU en Ouganda et au Rwanda).