Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
Saab a dévoilé son avion d'alerte avancée GlobalEye

Saab a dévoilé son avion d'alerte avancée GlobalEye

© Saab - Le premier avion d'alerte avancée GlobalEye lors de sa cérémonie de présentation.

© Saab - Le premier avion d'alerte avancée GlobalEye lors de sa cérémonie de présentation.

Dans la longue liste des avions d'alerte avancée (ou guet aérien / AWACS), avec notamment l'E-2C Hawkeye, l'E-3 Sentry, le B737 AEW&C, le Gulfstream G-550 CAEW, etc… l'avionneur suédois vient d'y ajouter son tout nouvel appareil, le GlobalEye. En effet, le 23 février 2018, Saab a officiellement dévoilé son appareil lors d'une cérémonie qui s'est tenue dans les usines de l'entreprise, à Linköping, une ville située dans le sud de la Suède.

Cet avion d'alerte avancée est basé sur l'avion d'affaire civil Global 6000, développé par l'avionneur canadien Bombardier, et dont une version a déjà été modifiée dans le cadre du projet de mise au point de l'avion de patrouille maritime Swordfish. A l'occasion de cette cérémonie, Anders Carp, vice-président et responsable de la division Surveillance de Saab, a déclaré que «l'étendue et la profondeur de l'expertise de Saab combinent toutes les connaissances et les technologies nécessaires pour concevoir, développer et produire les systèmes AEW&C les plus avancés. Nos capacités cumulées offrent des solutions inégalées telles que le GlobalEye».

Ce tout premier avion, aux couleurs des Emirats arabes unis, va être utilisé au cours des prochains mois pour effectuer des essais au sol et en vol afin de recueillir, entre autres, les données relatives à son aérodynamique, explique Saab. Ces essais interviennent après la signature, lors du salon Dubai Air Show de 2015, d'un contrat entre Abou Dabi et Saab concernant le contrat de développement et de production de deux exemplaires de l'avion, suivi par un troisième en 2017.

Sur la fiche descriptive officielle du GlobalEye, Saab affirme que son appareil d'alerte avancée peut être utilisé pour effectuer à la fois des missions de surveillance aérienne, maritime et terrestre dans un environnement complexe. Il peut assurer uniquement l'une de ces trois missions au cours d'une seule et même sortie aérienne, ou bien passer d'un mode à l'autre au cours d'une même mission.

Le GlobalEye dispose «d'une plage de détection très élevée» et d'une endurance de plus de onze heures sur un théâtre d'opérations. A titre d'exemple, le GlobalEye serait capable «de détecter dans un environnement saturé et de brouillage des cibles aériennes à faible signature radar, de détecter et de suivre des cibles maritimes au-delà de l'horizon, et de traquer des petits navires de type jet-ski ou bateau pneumatique à coque rigide sur de très longues distances».

Pour opérer, le GlobalEye dispose d'une capacité SATCOM (communication et échange d'informations entre deux ou plusieurs vecteurs via les satellites), d'un système de communication propre, d'une boule électro-optique et infrarouge sous le nez de l'avion, d'un radar de surveillance maritime SeaSpray de Leonardo sous la machine et du radar de surveillance aérienne Erieye ER (Extended Range) de Saab.

En outre, il embarque également un système de guerre électronique, un IFF (Identification friend or foe, identification ami ou ennemi) de Thalès, un système ADS-B (Automatic dependent surveillance-broadcast), ainsi que des capacités ESM (Electronic Support Measures) et ELINT (Electronic Intelligence). Pour mettre en oeuvre tous ces systèmes, le GlobalEye est opéré par un équipage de cinq opérateurs de bord, et deux pilotes qui disposent d'une avionique moderne avec écrans LCD.

Actuellement, cet avion n'a été commandé que par la Force aérienne des Emirats arabes unis (UAEAF). Toutefois, Saab espère bien convaincre la Svenska Flygvapnet (Force aérienne suédoise) d'acquérir cet appareil en vue de soutenir les actuels Saab 340 AEW&C et Gulfstream IV SP, désignés localement S-102B Korpen, et utilisés pour des missions SIGINT (Signals intelligence). D'autres opérateurs pourraient être intéressés, que ce soit en Moyen-Orient, en Asie ou en Amérique du sud.