Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
VIDEO : Des F-15C Eagle de l'US Air Force interceptent des Su-30SM Flanker russes

VIDEO : Des F-15C Eagle de l'US Air Force interceptent des Su-30SM Flanker russes

capture vidéo - Deux Su-30SM Flanker de l'Aviation Navale russe interceptés par deux F-15C Eagle de l'US Air Force.

capture vidéo - Deux Su-30SM Flanker de l'Aviation Navale russe interceptés par deux F-15C Eagle de l'US Air Force.

Entre le mois de septembre 2017 et janvier 2018, la 45ème rotation de l'opération de l'OTAN «Baltic Air Policing» a assurée la permanence opérationnelle (Quick Reaction Alert, QRA) au profit des pays baltes. Cette rotation était armée par sept F-15C Eagle du 493rd Expeditionary Fighter Squadron de la base aérienne de Lakenheath, déployés sur la base aérienne de Siauliai (Lituanie), et par quatre F-16AM de la Composante Air belge, installés sur la base aérienne d'Ämari (Estonie).

Au cours des opérations de ce détachement, comme cela se fait très régulièrement, une patrouille composée de deux Eagle de l'US Air Force a intercepté à au moins deux reprises des Su-30SM, décrits comme appartenant à l'Aviation Navale Russe. La première interception s'est tenue le 23 novembre 2017, tandis que la seconde a eu lieu le 13 décembre suivant.

Selon la déclaration officielle du Pentagone, «les interceptions ont été activées parce que les appareils russes n'ont pas diffusé les codes appropriés requis par le contrôle aérien, et parce qu'ils n'ont pas déposé un plan de vol». Dans les deux cas, les patrouilles russes évoluaient au sein de l'espace aérien international, entre le golfe de Finlande et la mer Baltique.

De son côté, le Ministère russe de la Défense a expliqué que «les équipages des chasseurs russes Su-30SM ont effectué des vols d'entraînement planifiés au-dessus des eaux internationales de la mer Baltique. L'itinéraire des vols des chasseurs russes a été coordonnée avec les autorités de contrôle du trafic aérien et a été effectuée en stricte conformité avec les règles internationales pour l'utilisation de l'espace aérien, sans violer les frontières des autres Etats».

  • Qu'est ce que l'opération Baltic Air Policing ?

A partir du début de la crise de Crimée (février-mars 2014) et avec l'annexion de cette région ukrainienne par la Russie de Vladimir Poutine, les pays occidentaux membres de l'OTAN ont pris certaines dispositions militaires et politiques (opération Reassurance Initiative) afin de réaffirmer leur soutien envers les pays de l'est qui jouxtent l'Ukraine, dont notamment la Pologne, la Roumanie, la Lituanie, la Lettonie et l'Estonie.

Depuis plus d'un an maintenant, à tour de rôle, les forces aériennes des pays membres de l'OTAN prennent la permanence opérationnelle afin d'intercepter, identifier et escorter des aéronefs qui ne répondraient pas aux appels radios ou qui survoleraient, sans autorisation, les pays baltes (Lettonie, Estonie, et Lituanie), dépourvus d'une force aérienne armée de chasseurs capables de mener des missions de police du ciel.

Bien que la mission Baltic Air Policing soit opérationnelle depuis 2004, elle a été renforcée au mois de mai 2014 avec la mise en place de plusieurs plots de permanence opérationnelle, et non d'un seul lorsque les relations avec la Russie étaient apaisées.

La première rotation armant quatre plots était composée du Royaume-Uni avec quatre Typhoon à Siauliai (Lituanie), de la Pologne avec quatre MIG-29A «Fulcrum» depuis la base aérienne de Malbork (Pologne), du Danemark avec quatre F-16AM depuis Amari (Estonie) et de la France avec des Rafale et des Mirage 2000C/-5F depuis Malbork.

Ce renforcement du dispositif, qui comprenait alors seize chasseurs, a été réduit un an plus tard, avec deux plots, soit huit chasseurs, au lieu du seul et unique plot de quatre appareils alors en vigueur entre 2004 et 2014.

Lors du renforcement des plots de permanence opérationnelle, les aéronefs qui ont été détachés sur place entre mai 2014 et septembre 2015 avaient pour objectif principal de mener des missions «Quick Reaction Alert» (QRA) pour le compte des pays baltes.

Toutefois, les différentes forces armées envoyées sur place ont également pour objectif secondaire de s'entraîner avec les forces armées locales, d'améliorer leur interopérabilité, de tisser des liens plus étroits et de perfectionner leurs procédures communes, notamment aériennes.

Cette Quick Reaction Alert (QRA) est dirigée par le Combined Air Operations Centres (CAOC) de l'OTAN implanté à Uedem, dans l'ouest de l'Allemagne, et qui couvre l'ensemble des pays du nord de l'Europe, du Royaume-Uni jusqu'aux états Baltes. De son côté, le CAOC de Torrejon, en Espagne, gère tout le sud de l'Europe, du Portugal jusqu'aux côtes de la mer Noire.

Actuellement, l'OTAN se charge de la mission de police du ciel (QRA) de l'Islande, de l'Albanie, des pays Baltes (Lituanie, Estonie, Lettonie), des nations du BENELUX (Belgique, Luxembourg et Pays-Bas), ainsi que de la Slovénie.