Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
La France vient officiellement de vendre cinq Super Etendard Modernisés à l'Argentine

La France vient officiellement de vendre cinq Super Etendard Modernisés à l'Argentine

© US Navy - Un Super-Etendard modernisé de la Chasse embarquée réalise une série de touch and go sur le porte-avions USS Harry S. Truman, en janvier 2014.

© US Navy - Un Super-Etendard modernisé de la Chasse embarquée réalise une série de touch and go sur le porte-avions USS Harry S. Truman, en janvier 2014.

Depuis plus d'un an maintenant, l'Argentine et son Armada Argentina cherchent à se procurer les Super-Etendard Modernisés (SEM) de la Marine Nationale, retirés du service actif le 12 juillet 2016, afin de les intégrer au sein de l'Aviación Naval Argentina (Aviation navale argentine) pour renforcer ses capacités de combat. En octobre 2017, les médias nationaux et les sites spécialisés argentins avaient annoncé que Buenos Aires et Paris venaient de signer l'achat de cinq SEM français. Mais cette annonce était restée sans suite… jusqu'au 26 janvier 2018.

En effet, ce 26 janvier, à l'issue d'un entretien avec son homologue argentin Mauricio Macri alors en visite à Paris, le Président de la République Emmanuel Macron a officiellement annoncé que la vente concernant les cinq Super Etendard modernisés venait d'être signée. «En matière commerciale, nous nous sommes félicités de l'accord signé par nos deux ministres de la défense pour la vente de cinq Super-Etendard modernisés et de leurs équipements aux forces armées argentines», a déclaré le président français lors d'une conférence de presse commune.

D'après les informations du site Infodefensa, publiée en octobre 2017, le montant de ce contrat est estimé à environ «14,23 millions d'euros», dont 12,55 pour les avions de combat, les pièces de rechange, la documentation technique, etc…, tandis que le reste, 1,68 million d'euros, correspond au transport de ces SEM, entre l'Elément Air Rattaché (EAR) 279 de Châteaudun e l'Argentine.

Les cinq anciens appareils de la Chasse Embarquée vont rejoindre la Base Aeronaval Comandante Espora (BACE), située sur la côte est de l'Argentine et où se trouve l'Escuadra Aeronaval N° 3, qui met en oeuvre la 2° Escuadrilla Aeronaval de Caza y Ataque avec ses Super-Etendard. Toujours d'après le site spécialisé argentin, ce contrat prévoit la vente de ces cinq Super-Etendard Modernisés (numéro de série 1, 31, 41, 44 et 51), dix réacteurs Atar 8K50, les pièces de rechange, un simulateur de vol et plusieurs bancs d'essai. Chaque appareil dispose encore d'une centaine d'heures de vol.

L'ensemble de ces appareils sont au standard 5. Mis en service en 2006, ce standard permet apporter aux pilotes de nouvelles capacités avec l'utilisation des jumelles de vision nocturne (JVN), l'optimisation de la nacelle de désignation laser jour/nuit DAMOCLES, l'intégration des bombes Raytheon E-Paveway sous pylônes doubles (GBU-49, GBU-58, l'installation d'un pilote automatique numérique et du poste radio SATURN à évasion fréquence, et l'évolution du système de navigation et d'attaque.

L'Aviación Naval Argentina a perçu quatorze Super-Etendard après une commande passée en juillet 1979 auprès de Dassault Aviation. Ils sont aujourd'hui cloués au sol en raison d'un manque d'entraînement des équipages, de l'absence des pièces de rechange et d'un entretien irrégulier après de nombreuses coupes budgétaires dans les forces armées suite à la crise financière qui touche en Argentine.

Les SUE argentins sont très populaires à Buenos Aires et mondialement connus pour leur participation et leurs faits de guerre lors de la guerre des Malouines, d'avril à juin 1982, contre le Royaume-Uni. Les pilotes argentins se feront largement remarquer en raison des nombreuses missions d'attaque à la mer contre les bâtiments de guerre de la Royal Navy et lors des combats aériens contre les Sea Harrier. Au cours de ces missions, avec l'utilisation des missiles air-mer AM-39 Exocet, les SUE réussiront, entre autres, à couler le destroyer HMS Sheffield et le bâtiment logistique Atlantic Conveyor.