Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
L'Army Air Corps se sépare de ses derniers hélicoptères Lynx

L'Army Air Corps se sépare de ses derniers hélicoptères Lynx

© Crown copyright - Un des derniers Lynx AH.9 lors de la tournée d'adieu dans le sud du Royaume-Uni.

© Crown copyright - Un des derniers Lynx AH.9 lors de la tournée d'adieu dans le sud du Royaume-Uni.

Après 40 années de services au sein de l'Army Air Corps, la British Army a retiré ses derniers hélicoptères AH.9 «Battlefield Lynx» au cours d'une cérémonie et d'un «farewell tour» (tournée d'adieu) organisés le 16 janvier 2018 depuis la base aérienne d'Odiham, dans le comté d'Hampshire, dans le sud du Royaume-Uni.

C'est le 657 Squadron, dernière unité à opérer sur ce type d'hélicoptère, qui a clôturé l'utilisation du Lynx au sein de la British Army, alors que la Royal Navy avait déjà retiré ses derniers Lynx du 815 Naval Air Squadron, sur la base aéronavale de Yeovilton, en mars 2017. Depuis son entrée au service actif en 1978, l'emploi des hélicoptères Lynx a profondément évolué, tandis qu'ils ont été modernisés à plusieurs reprises.

Lors de son introduction dans les forces armées britanniques, la première version du Lynx, avec pour dénomination AH.1, a été utilisée comme un hélicoptère d'appui aérien et d'escorte armée au profit des troupes au sol, en tant qu'hélicoptère anti-chars avec la capacité d'emport de huit missiles anti-chars BGM-71 TOW, pour des missions de transport tactique, de reconnaissance et des évacuations médicales sur le champ de bataille.

Plus tard, certains Lynx produits ont été portés au standard AH.5 puis AH.7 dans lesquels la motorisation a été améliorée avec les turbomoteurs Gem 41-1, un rotor de queue en composite et agrandi, une nouvelle boite de transmission, une capacité d'autoprotection avec la FN MAG de 7.62mm et la possibilité de descendre des militaires par corde lisse. Cette version et ses capacités d'attaque au sol ont par la suite été délaissées avec l'entrée en service des AH-64 Apache.

La version AH.9 et AH.9A est la dernière version produite pour l'Army Air Corps. Elle permet aux utilisateurs de se doter d'une motorisation encore plus puissante que les anciens modèles. Notamment à la suite d'un retour d'expérience en provenance d'Afghanistan, où les appareils ont souffert des conditions climatiques, avec les très fortes chaleurs, le sable et la poussière, mais aussi en raison des conditions géographiques, avec des sommets élevés et un terrain montagneux. Enfin, la boite de transmission a aussi été améliorée, les trains d'atterrissages ont été équipés de roues et le gunner peut utiliser la M2 Browning machine gun de calibre .50mm.

La British Army rappelle que ces appareils ont été employés dans «les plaines glaciales du nord du Canada, dans les jungles de l'Asie du sud-est et de l'Amérique centrale, dans les températures négatives de l'Arctique et jusque dans la poussière du Moyen-Orient, en support des troupes en Bosnie, au Koweït, en Afghanistan et en Sierra Leone».

Les Lynx sont remplacés par les hélicoptères AW.159 Wildcat, construits par Leonardo (anciennement AgustaWestland) et entrés au service actif dans l'Army Air Corps en août 2014. La British Army a passé une commande pour 34 exemplaires au standard AH.1, tandis que la Royal Navy, qui a également choisi cet hélicoptère dans sa version HMA.2 a acheté 28 unités.

PHOTOS

Dernier vol et «farewell tour» pour les derniers hélicoptères Lynx de l'Army Air Corps.

© Crown copyright
© Crown copyright
© Crown copyright
© Crown copyright
© Crown copyright
© Crown copyright
© Crown copyright
© Crown copyright
© Crown copyright
© Crown copyright
© Crown copyright
© Crown copyright

© Crown copyright