Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
Le treizième A400M Atlas arrive dans l'Armée de l'Air

Le treizième A400M Atlas arrive dans l'Armée de l'Air

© Airbus - Le 13ème A400M Atlas destiné à l'Armée de l'Air française.

© Airbus - Le 13ème A400M Atlas destiné à l'Armée de l'Air française.

Après avoir réceptionné son douzième A400M Atlas le 1er décembre 2017 sur la base aérienne 123 d'Orléans-Bricy, l'Armée de l'Air française vient de réceptionner son treizième A400M ce mardi 19 décembre 2017, a annoncé la Direction Générale de l'Armement (DGA) dans un communiqué de presse publié le lendemain de la livraison.

Ce communiqué explique que cet appareil, immatriculé F-RBAM, «porte le numéro de série MSN65» et a été d'abord réceptionné par la DGA le 30 novembre. «Comme son prédécesseur, cet appareil est équipé de 2 pods permettant de ravitailler en vol des avions de chasse», précise la même source. 

La DGA précisait récemment à Defens'Aero que «la mise en service de la fonction ravitaillement de chasseurs devrait avoir lieu fin 2018, après une phase d'expérimentation» dans laquelle les avions de combat du parc aérien de l'Armée de l'Air (Rafale et Mirage 2000C/D/-5F) y participeront afin de valider la connexion aux nacelles.

En ce qui concerne les hélicoptères, «la fonction ravitaillement d'hélicoptères devrait être qualifiée par Airbus en 2021», soit dans quatre ans. Deux ans avant la qualification supposée du ravitaillement en vol des hélicos par Airbus, l'Armée de l'Air française devrait avoir réceptionné et mis en service actif ses deux ravitailleurs KC-130J Super Hercules commandés en janvier 2016.

Pour rappel, en mars 2016, dans la soufflerie F1 de l'Office National d'Etudes et de Recherches Aérospatiales (ONERA) des expériences avaient pour but de valider, avec la maquette FLA10 de l'A400M, les améliorations apportées par les ingénieurs d'Airbus dans le cadre du ravitaillement en vol des hélicoptères.

Lors des tous premiers essais de ravitaillement en vol, l'A400M devait ralentir à une vitesse accessible pour les hélicoptères qui souhaitaient se ravitailleur, «c’est-à-dire de l’ordre de 200 à 240 km/h», explique l'ONERA. «Or pour atteindre ces vitesses, l’avion doit fortement braquer ses volets, ce qui a pour effet de générer de forts tourbillons, ce qui place le tuyau de ravitaillement et son panier dans un environnement où l’écoulement d’air est fortement perturbé», précisait alors la même source.

L'ONERA expliquait dans un communiqué de presse publié le 20 juillet 2017 que «Airbus Defence and Space a sollicité l’ONERA pour étudier le comportement du dispositif de ravitaillement en vol des hélicoptères avec l'avion A400M par le biais d’essais en soufflerie».

Afin de s'assurer que les données des essais soient correctement analysées et afin «de réaliser des constats représentatifs des conditions de vol», l'ONERA a appliqué «des mesures par méthodes optiques laser (PIV) [qui] ont permis de confirmer la pertinence aérodynamique des configurations testées».

Ces «configurations testées» sont en fait les corrections apportées aux systèmes de ravitaillement en vol qui équipent les Atlas. Auparavant, les tuyaux de ravitaillement en vol, ceux qui se trainent derrière les ravitailleurs, mesuraient uniquement 80 pieds, soit environ 24 mètres de long. Aujourd'hui, ces mêmes tuyaux ont été allongés et mesurent maintenant 120 pieds, soit environ 37 mètres. Ce qui représente une différent positive de 13 mètres.

Lors de ces essais en soufflerie, l'objectif principal de l'avionneur européen était de vérifier que le nouveau tuyau «permettrait à l’hélicoptère de se ravitailler sans risquer de percuter l’arrière de l’appareil, et sans mouvements intempestifs supplémentaires du panier, par rapport [aux anciens tuyaux], précédemment testés en vol et manifestement inadaptés».

Au terme des ces tests, l'ONERA affirmait que «les résultats observés ont été concluants» et que cela a permis d'identifier «certaines pistes d’amélioration» qui devront être traitées par les ingénieurs du programme A400M. L'ONERA termine par ajouter que «la solution qui a été validée lors de ces essais sera bien sûr mise à l’épreuve lors d’essais en vol par Airbus en faisant des essais de proximité vers la fin de l’année» 2016.