Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
Les F-35i israéliens ont obtenu leur capacité opérationnelle initiale

Les F-35i israéliens ont obtenu leur capacité opérationnelle initiale

© IAF - Deux F-35i Adir de la Force aérienne et spatiale israélienne lors d'un vol d'entraînement.

© IAF - Deux F-35i Adir de la Force aérienne et spatiale israélienne lors d'un vol d'entraînement.

Le 12 décembre 2016, la Force aérienne et spatiale israélienne (H'eil Ha'Avir Ha'Israeli) a réceptionné ses deux premiers F-35i Adir (traduire par puissant / grand) sur l'importante base aérienne de Nevatim, située dans le sud-est d'Israël, et où une cérémonie a été organisée à l'occasion de l'entrée en service du premier avion dit de «5ème génération» (qualificatif purement commercial).

A cette occasion, les autorités militaires israéliennes avaient affirmé que ces appareils, aujourd'hui au nombre de neufs exemplaires, obtiendraient leur capacité opérationnelle initiale (COI - IOC, Initial Operational Capability) dans le courant du mois de décembre 2017. Cette parole a été tenue puisque dans un communiqué de presse publié le 06 décembre, Israël a affirmé avoir donné l'IOC à ses Adir.

En effet, le général de division Amikam Norkin, commandant de la Force aérienne et spatiale israélienne a déclaré que «la capacité opérationnelle initiale de l'escadron a été déclarée à un moment où l'IAF [Israeli Air Force, NDLR] opère à grande échelle sur plusieurs fronts, dans un Moyen-Orient en constante évolution». «Les défis opérationnels, de plus en plus complexes chaque jour, reçoivent une excellente réponse aérienne avec le statut opérationnel de l'avion Adir, qui ajoute une capacité importante aux capacités de l'IAF en ce moment», a-t-il ajouté.

De son côté, le lieutenant-colonel Yotam, commandant du 140 Squadron «Golden Eagle», a expliqué que «l'inspection a examiné des missions et des scénarios qui incluent tous les éléments opérationnels nécessaires pour mettre en oeuvre le F-35i Adir depuis le sol et dans les airs». «Je suis confiant dans les capacités de l'escadron à pouvoir atteindre sa préparation opérationnelle et je sens que la pression est positive et saine», détaille-t-il.

Pour donner cette première capacité, la Force aérienne et spatiale israélienne a procédé à l'évaluation non pas seulement de l'escadron et des possibilités du F-35i lors de sorties aériennes, mais également de toute la chaîne qui en découle, le travail des équipages au sol (mécaniciens, spécialistes avionique, etc…), les structures (tarmac, bâtiments, hangars) de la base aérienne, le commandement, etc…

Le major D., commandant en second de l'escadron, a ajouté que «le thème principal qui a caractérisé l'année écoulée était l'apprentissage. Chaque jour de l'année écoulée s'est terminé par un débriefing au cours duquel nous avons appris quelque chose de nouveau : à propos de l'avion, de ses systèmes, de son fonctionnement et de son entretien». 

Au cours des prochains mois, les entraînements et la formation des équipages vont se poursuivre en parallèle d'autres expérimentations afin d'arriver à l'intégration complète des F-35i. «L'intégration de l'Adir est l'un des plus grands défis que l'IAF a à affronter, principalement en raison du caractère pionnier du projet. 80% des choses que nous faisons et apprenons ici sont des choses que nous avons apprises par nous-mêmes», témoigne le commandant.

Au cours de l'année 2018, Israël doit recevoir six F-35i supplémentaires, toujours au sein du 140 Squadron, premier escadron étranger à déclarer son IOC, après l'US Air Force et l'US Marine Corps. A la fin de cette nouvelle année, la Force aérienne et spatiale israélienne devrait alors compter dans son parc aérien pas moins de quinze F-35i Adir.