Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
La Suisse relance l'acquisition d'un nouvel avion de combat

La Suisse relance l'acquisition d'un nouvel avion de combat

© Laure-Anne MAUCORPS / Armée de l'Air - Un F/A-18C Hornet des Forces aériennes suisses se ravitaille auprès d'un ravitailleur français lors d'une mission d'entraînement.

© Laure-Anne MAUCORPS / Armée de l'Air - Un F/A-18C Hornet des Forces aériennes suisses se ravitaille auprès d'un ravitailleur français lors d'une mission d'entraînement.

Après les longues péripéties qui ont conduit à l'annulation de l'achat d'un nouvel avion de combat (Gripen E/F de Saab) à la suite d'un référendum en mai 2014, la Suisse vient de relancer le processus d'acquisition pour doter aux Forces Aériennes Suisses un remplaçant aux vieillissants F/A-18C/D Hornet.

En effet, le Département fédéral de la Défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) a déclaré dans un communiqué de presse que «lors de sa séance du 8 novembre 2017, le Conseil fédéral a pris des décisions de principe concernant le renouvellement des moyens de protection de l’espace aérien suisse».

Concernant le volet financier, «il est prévu d’acquérir de nouveaux avions de combat ainsi qu’un nouveau système de défense sol-air, pour un coût maximal de 8 milliards de francs», ajoute l'institution suisse. Pour répondre à cette nécessaire modernisation, le budget consacré aux forces armées suisses sera augmenté «annuellement de 1,4 % dès 2021».

Mais ces dépenses devront être obligatoirement compensées par l'investissement de l'entreprise qui est sélectionnée pour remplacer les actuels Hornet. En effet, «les fournisseurs étrangers doivent compenser 100 % de la valeur d’un contrat par des commandes passées à l’industrie suisse. De telles commandes servent l’économie de notre pays, favorisent la création de places de travail et permettent aux entreprises helvétiques de rester à la pointe de la technologie», explique le DDPS.

Au sein des forces armées, celles-ci devront «en outre stabiliser leurs frais de fonctionnement de manière à ce que la majeure partie des moyens liés à cette croissance puissent être affectés à l’armement».

Concernant le projet en lui-même, qu'il doit établir avant février 2018, le DDPS a trois possibilités différentes pour procéder à l'évaluation et l'achat de ce nouvel avion de combat. La première solution consiste à prendre un «arrêté de planification» en s'appuyant sur une série de lois et d'articles qui émanent du Parlement. Ce dernier «doit préciser le but du renouvellement et expliquer pourquoi celui-ci nécessite de combiner avions de combat et système de défense sol-air. Il doit aussi fixer le cadre financier à 8 milliards de francs. Cet arrêté est soumis au référendum facultatif».

La deuxième solution «est une révision de la loi sur l’armée, en insérant un nouvel article décrivant la protection de l’espace aérien et les moyens requis», avec la possibilité ici aussi d'établir un référendum. Enfin, la troisième et dernière démarche «est la voie habituelle par le biais du message sur l’armée». Le message annuel sur l'armée «à l'intention du Parlement comprend les arrêtés fédéraux concernant le programme d’armement et le programme immobilier du DDPS».

Concernant le volet technologique et son évolution dans le temps, la Suisse prévoit de faire plusieurs demandes, mais elle n'a pas précisé s'il s'agira de négociations de gouvernement à gouvernement ou directement avec les avionneurs. Cette lutte oppose d'ailleurs le consortium Eurofighter d'Airbus Group avec le Typhoon, Boeing avec son F/A-18E/F Super Hornet, Lockheed Martin et son F-35 Lightning II, Saab avec son Gripen E/F ainsi que Dassault Aviation avec le Rafale F3-R.

Si tout se déroule comme prévu, Berne doit envoyer une RFI (Request for information) à partir de février 2018, sélectionner son prochain combattant en 2020, effectuer la demande de crédits en 2022 avec la présentation du projet d’acquisition au Parlement, et elle souhaite percevoir ses avions de combat entre 2025 et 2030.

Les Forces Aériennes Suisses doivent mettre un terme à la carrière des 30 F/A-18C/D Hornet, au plus tard, en 2030, tandis que les 26 F-5E Tiger II quitteront le service actif prochainement, mais aucune date n'a été encore fixée.

Deux avions de combat sont favoris dans cette compétition. D'abord le Gripen de Saab, qui est l'appareil de combat le moins onéreux face aux autres, entre autres parce qu'il est mono-réacteur et qui peut non pas être acheté, mais loué sur une période définie, comme le fait actuellement la Force aérienne tchèque. Face à lui, on trouve le Rafale, qui est globalement plus cher que le Gripen mais qui a fait ses preuves au combat, les pilotes suisses le côtoient régulièrement lors d'entraînements transfrontaliers, la France a récemment acquis des PC-21 suisses, tandis que la formation commune des pilotes de chasse peut être préservée.